Vidéo. Un éleveur dans l’environnement du loup et des vautours à Ispagnac

Vendredi 3 novembre 2021, Vincent Chaptal a constaté le désossement par des vautours d’un de ses veau Aubrac et ce moins de 24 heures après sa naissance en pâture du côté d’Ispagnac. Un veau qui tétait sa mère et selon lui pourtant en pleine santé. Dans les murs de sa ferme de Brenoux, en compagnie de ses brebis, l’éleveur lozérien de 45 ans revient ici en vidéo à la fois sur la chronologie des faits ayant amené la mort de ce veau, mais également les différents dommages collatéraux consécutifs à cette attaque.

« Ma fille de 3 ans en est encore choquée »

« La piste du loup semble pour l’instant vouloir être écartée, sauf que le loup a été aperçu par un chasseur sur place à proximité de mes vaches le lendemain de l’attaque », explique Vincent Chaptal. « Ce qui me fait le plus mal autour de la perte de ce veau, c’est moralement. D’autant plus que j’avais ma fille de trois ans avec moi ce jour-là. Et qu’elle en a été choquée et qu’elle en est encore choquée. Elle exprime ce qu’elle ressent à sa façon avec ses yeux d’enfant et c’est très dur… Au-delà de l’aspect financier et moral, le troupeau a été vraiment effrayé. Deux cents mètres de clôtures ont été complètement pulvérisés. Si les bêtes ont foncé dans trois fils de clôtures actives électrifiées, c’est bien qu’elles ont eu une grosse peur. C’était pourtant un troupeau très calme, notamment la mère du veau qui était une des plus calmes voire peureuses. Elle n’a pas forcément essayé de se défendre ». Malgré ses cornes et ses 800 kilos.

Cyprien Rome

Une réflexion sur “Vidéo. Un éleveur dans l’environnement du loup et des vautours à Ispagnac

  • 18 décembre 2021 à 18h04
    Permalien

    oui bien entendu tout les animaux sauvages étaient bien avant l’homme, l’homme les a détruit, pour son profit, l’homme chasse le gibier que devrait avoir les animaux sauvages, l’homme détruit les forêts les animaux, ils construisent partout, jusqu’au pieds des forêts que les éleveurs ne viennent surtout pas se plaindre car ils sont dessus une terre volé, la solution pour eux, ils élèvent, une dizaine de mouton en plus chaque année, trois vaches et ils les donnent aux animaux sauvage à manger et tout le monde va s’y retrouver le loups est arrivé en France en Europe depuis cinq cent millions d’années, pourquoi il devrait partir alors il faut qu’il reste, car il est chez lui et nous nous sommes chez eux.

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Social media & sharing icons powered by UltimatelySocial

Vous aimez ? Partager cet article