LGBT. Une lutte lozérienne pour la mixité enclenchée ce samedi à Marvejols

« Les mauvaises herbes, tu as beau les arracher, elles reviennent et en fin de compte, on se rend compte qu’elles sont pleines de vertus. » Vitalités libres et indomptables. Les Mauvaises Herbes, c’est le titre qu’ont choisi le Planning familial et les bénévoles du bar associatif le Sillon Lauzé pour leur journée LGBTQIF et + qui se tenait le samedi 19 juin 2021 à Marvejols.

L’idée d’un tel événement est né du constat qu’il n’existe aucune association en Lozère qui soit spécifiquement dédiée aux lesbiennes, gays, bi, trans, queers, intersexes, féministes et toutes les personnes vivant une identité minoritaire. Pour Marielle, du Planning familial, « la santé sexuelle et la phobie des LGBT font partie de nos axes militants, nous organisons des sensibilisations en milieu scolaire et nous avons créé cette année une animation spécifique et nous avions envie de poursuivre le travail sur ces questions. » Une envie née d’une nécessité.

eM, DJ et bénévole au Sillon Lauzé

« Nous retrouver permet de nous renforcer »

Une envie qui a rencontré l’adhésion de Léna et eM, bénévoles au Sillon Lauzé, puis celle d’autres personnes qui se sont engagées à leurs côtés. « Des personnes concernées il y en a beaucoup, mais elles sont invisibilisées car elles n’ont pas d’espace qui s’adresse spécifiquement à elles. » Où que l’on aille, ne pas se faire remarquer, ne pas tenir la main de la personne que l’on aime, le faire serait transgressif, regardé, malvenu peut-être. « Certains pensent qu’en créant un événement spécifique, de mixité choisie, nous excluons les autres, que ça dessert la cause en nous marginalisant, alors que nous retrouver permet de nous renforcer pour affronter le monde mixte », explique Léna. « C’est drôle parce que cette question de la mixité est toujours soulevée par des personnes qui ne subissent pas de discriminations », appuie eM.

Plusieurs stands de prévention étaient installés au Sillon Lauzé

Des stands de prévention, des ateliers et des concerts

Le projet initial était une marche des Fiertés, mais la crise sanitaire a coupé l’herbe dès les premières pousses. Alors l’événement s’est transformé en rendez-vous à plusieurs facettes avec des stands de prévention du Planning, de l’association aveyronnaise Alerte et du collectif Les Bonnes Débrousailleuses, des ateliers de création d’un fanzine, d’invention de slogans, la projection de courts-métrages, l’expo Rhinocérose, un stand de la librairie Le Pré aux livres, deux heures de direct sur 48FM, un set de DJ NeM’s , les concerts de Crête et Pâquerette et NAMORO.

L’atelier slogans a suscité un véritable enthousiasme

« Les réacs et les homophobes ne sont pas plus nombreux en milieu rural »

Iels (pluriel inclusif pour tous les genres N.D.L.R) ont répondu à l’appel. Et plutôt deux fois qu’une. Les alliés, hétérosexuels qui soutiennent la cause, étaient là aussi, dans le respect de la charte qui était affichée à l’entrée. Avec cette donnée évoquée par Marielle : « Il existe de gros clichés sur les campagnes, qui seraient peuplées de réac et d’homophobes, mais en réalité ils ne sont pas plus nombreux qu’en ville, simplement en ville il y a plus de mixité. » « … Par exemple, aujourd’hui, nous ne sommes que des blancs, et ce n’est pas un choix, complète eM. Énormément d’avancées en termes de droits sociaux sont été gagnés grâce à ces mouvements-là, de féministes, de lesbiennes, de personnes noires… » Un peu de terreau pour les mauvaises herbes et tout le jardin s’embellit.

Une journée, un pas. Le premier dans la lutte lozérienne pour la mixité. Une graine de Mauvaise Herbe qui germe, qui va devenir un collectif et semer les événements dans le département.

Texte et Photos Hélène Gosselin

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Social media & sharing icons powered by UltimatelySocial

Vous aimez ? Partager cet article