Vidéo. Un projet d’abattoir mobile en Lozère

Une dizaine d’éleveurs paysans, du Pont-de-Montvert à Saint-Croix-Vallée-Française en passant par Florac, travaille sur un projet d’abattoir mobile depuis maintenant trois ans. Car selon eux : « On élève nos bêtes, on gère la transformation et la commercialisation aux consommateurs, mais un maillon nous échappe : l’abattage ». Du côté de Vébron, au milieu de son troupeau ovin rustique de 75 bêtes, Guilhem Roux, 41 ans, détaille ici la raison d’être d’un abattoir mobile dans les Cévennes.

Vidéo LD/Cyprien Rome, mai 2022

Du stress et des transports évités aux animaux

L’abattage à la ferme évite pour lui « le temps de transport des animaux, mais aussi leurs heures de stress passées dans les antichambres des abattoirs. Où les animaux savent très bien qu’on les emmène à la mort… C’est visible dans leurs comportements ». Dans leur démarche, les éleveurs de l’association cévenole Slac souhaitent avant tout « pouvoir abattre nos animaux avec dignité et respect ». Leur projet d’abattoir mobile devrait aboutir en Lozère avant la fin de l’année 2022.

Cyprien Rome

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Social media & sharing icons powered by UltimatelySocial

Vous aimez ? Partager cet article